La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

MembreLogo Guilde des herboristes de l'aile professionnelle de la Guilde des Herboristes

logo ANPQ

Membre de l'ANPQ
Reçus pour assurances

Infolettre
Courriel:
Prenom:
Nom:  
          

Marie-Claudine De Pairon, Hta
B.Sc.Inf, M.A Éd.

Herboriste thérapeute accréditée, Naturopathe

Qui suis-je >>

Pourquoi consulter une herboriste thérapeute accréditée ?

Allez voir la réponse >>

Parlez de moi !

Sur rendez-vous seulement:

450 399-0645 (Rawdon)

Le chaga, élixir de santé

Posté le 2016/02/07

Chaga, Tous droits réservés MCDePaironChaga, Tous droits réservés MCDePaironSamedi dernier j'étais à un très bon souper entre amis et j'ai eu quelques questions sur les plantes médicinales et en particulier sur un champignon très en vogue, l'Inonotus obliquus aussi appelé polypore oblique ou chaga

Après cette belle rencontre ça m'a donné l'idée de vous parler de ce merveilleux champignon que je récolte avec gratitude.

Il est utilisé en Russie, en Chine et au Japon depuis des centaines d'années comme élixir de santé, pour ses propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires et anti-tumorales.

Où le retrouve-t-on?

Le chaga (Inonotus obliquus) se retrouve dans les zones nordiques où la température peut descendre à -40 ºC l'hiver. Il parasite les bouleaux jaunes ou blancs surtout là où il y a eu une cicatrice (branche tombée par exemple). En fait la partie fertile (le mycélium) se situe sous l'écorce externe et l'excroissance noire est un sclérote (infertile).

Il se situe à toutes les hauteurs de l'arbre. Il a une forme très caractéristique, celle d'une bosse irrégulière, noire avec des crevasses et ressemblant à une tumeur ou à un morceau de charbon. Une fois qu'on en a identifié un, on ne l'oublie pas! Son intérieur est couleur café au lait à orangé avec de petites nervures crèmes. Sa texture est très dure et grumeleuse.

Sa croissance est lente. Il prend de trois à dix ans pour atteindre la taille d'un pamplemousse (taille acceptable pour la récolte).

 


Récolte

On le récolte en toute saison, mais en hiver on le repère plus facilement puisqu'il n'y a pas de feuilles.

Si vous décidez de partir à sa recherche, récoltez avec respect cette précieuse ressource pour assurer une récolte durable (pensez à l'ail des bois qui a été décimée par une récolte abusive...).

Commandements du cueilleur de chaga :

  • Ne récoltera que là où il pousse en abondance.
  • Ne prélèvera qu'une petite quantité par secteur de la forêt à la fois.
  • Ne récoltera que les champignons de la grosseur d'un pamplemousse.
  • Ne prélèvera à l'aide d'une hache qu'une partie du champignon.
  • Ne  blessera pas l'arbre.
  • N'extrairera que l'écorce interne afin de préserver le mycélium (partie fertile) et lui permettre de continuer à croître.

 


Partie utilisée et séchage

Autant la couche extérieure noire que la couche intérieure se consomme.

On le coupe en petits morceaux et on le fait sécher au séchoir durant au moins 24 heures. Puis on le laisse reposer quelques jours dans une pièce pas trop humide et on le remet au séchoir un autre 24 heures jusqu'à ce qu'il soit bien craquant.

 


Composition et propriétés médicinales 

Il contient entre autres des tanins, des triterpènes dont la bétuline et l'acide bétulinique et des polysaccharides qui lui confèrent des propriétés antioxydantes, antitumorales, immunomudulantes, anti-inflammatoires.

Il contient aussi des vitamines, des minéraux et des enzymes.

 


Utilisations 

Pour bénéficier du chaga, on fait une décoction:

Mettre 15 à 30 ml de petits morceaux de chaga dans 1 litre d'eau. Amener à ébullition et laisser mijoter au moins 20 minutes à couvert.

Filtrer et déguster!

On peut réutiliser les morceaux pour faire une deuxième décoction. Les conserver au réfrigérateur.

Le goût est doux, agréable, rappelant un très léger goût d'eau d'érable et présentant une légère amertume.

 

On peut utiliser aussi un concentré liquide dans l'alcool qui extrait mieux les triterpènes ayant des propriétés antitumorales.

 


Posologie 

Pour une utilisation préventive, prendre 1 tasse (250 ml) de décoction par jour.

Pour une utilisation plus spécifique ou pour tonifier le système immunitaire, prendre 1 tasse, 2 à 3 fois par jour.

 

Sous forme de concentré liquide dans l'alcool, on utilise de 15 à 20 gouttes par dose.

 


Contre-indications 

  • Par mesure de précaution, on l'évite pendant la grossesse et l'allaitement.
  • On l'évite 2 semaines avant une chirurgie.
  • On l'évite si on souffre d'un problème de coagulation.
  • On l'évite si on est greffé.

Interactions médicamenteuses 

  • Anticoagulants (il augmente l'effet anticoagulant)
  • Insuline et hypoglycémiants (il abaisserait la glycémie)
  • Immunosuppresseurs (il stimulerait le système immunitaire)

 


 Ces informations proviennent de la littérature et de la tradition herboriste. En aucun cas elles ne peuvent remplacer l'avis d'un médecin et elles ne doivent pas servir à des fins de diagnostic ou de traitement de maladies physiques ou psychologiques. Elles ne constituent pas une incitation ou un encouragement à interrompre des traitements médicaux. Marie-Claudine De Pairon n'a pas l'intention de poser des diagnostics ou de recommander un traitement. Elle décline formellement toute responsabilité, quelle qu'elle soit dans les cas d'auto-diagnostic ou d'auto-prescription sans consultation préalable d'un médecin.

Il est également recommandé de consulter une herboriste thérapeute qualifiée avant de prendre des plantes médicinales surtout si vous êtes enceinte ou que vous allaitez ou si vous prenez des médicaments.

Le contenu de ce texte n’a pas fait l’objet d’une évaluation par Santé Canada.

Ne jamais utiliser ou consommer une plante sans l'avoir identifiée formellement.

 


 Ces informations proviennent de la littérature et de la tradition herboriste. En aucun cas elles ne peuvent remplacer l'avis d'un médecin et elles ne doivent pas servir à des fins de diagnostic ou de traitement de maladies physiques ou psychologiques. Elles ne constituent pas une incitation ou un encouragement à interrompre des traitements médicaux. Marie-Claudine De Pairon n'a pas l'intention de poser des diagnostics ou de recommander un traitement. Elle décline formellement toute responsabilité, quelle qu'elle soit dans les cas d'auto-diagnostic ou d'auto-prescription sans consultation préalable d'un médecin.

Il est également recommandé de consulter une herboriste thérapeute qualifiée avant de prendre des plantes médicinales surtout si vous êtes enceinte ou que vous allaitez ou si vous prenez des médicaments.

Le contenu de ce texte n’a pas fait l’objet d’une évaluation par Santé Canada.

Ne jamais utiliser ou consommer une plante sans l'avoir identifiée formellement.